À propos

« Les Archives Bouanani » ont pour vocation de préserver et valoriser les archives conservées dans la maison-musée, dans l’appartement-bibliothèque, de la famille Bouanani à Rabat (Maroc).

La famille Bouanani est une famille de cinéma. Ahmed Bouanani (1938-2011), monteur de formation, est « un illustre inconnu ». Connu pour avoir réalisé un unique long métrage,  Le Mirage en 1980, pour avoir écrit un unique roman L’hôpital  (1990, Al Kalam) et un unique recueil de poèmes Les persiennes (1980, éditions Stouky), Bouanani a pourtant aussi réalisé quelques très beaux courts-métrages (6 et 12, Mémoire 14, Les Quatre sources), et surtout laissé derrière lui une quantité incroyable de manuscrits (scenari, essais, romans, poèmes, etc.). Naïma Saoudi Bouanani, disparue en 2012, autodidacte, a commencé comme costumière, décoratrice et assistante de son mari, avant d’utiliser ces compétences sur d’autres tournages, où elle a aussi travaillé comme productrice exécutive voire réalisatrice. Batoul Bouanani suivait les traces de sa mère jusqu’à sa mort prématurée en 2003. Touda Bouanani, enfin, artiste et vidéaste, se consacre depuis 2011 à la valorisation de l’œuvre et des archives laissées par sa famille.

Ahmed, Naïma et Batoul lui ont en effet légué une importante quantité de livres, revues, manuscrits, dessins, scénarios, notes, documentations en tout genre, affiches, costumes, accessoires, etc. qui ne témoignent pas seulement de la vie et de l’oeuvre familiale, mais plus largement de de cinquante ans d’histoire culturelle du Maroc indépendant.

La vidéo « Fragments de mémoire » de Touda Bouanani (2014) introduit à l’œuvre de son père et évoque la situation de l’appartement-archive de la famille :